groupe moniteur
Newsletter
Recevoir la newsletter
archilecture lemoniteur.fr

voir un exemple
Je m'abonne
Je me désabonne
Informations pratiques
Les publications
du Groupe Moniteur

Actualité 
Contacts


Recherche
Accueil > LOGEMENT > Habitat individuel > ARCHI PAS CHERE BATIMENTS MODESTES REINVENTE - (DARMON, OLIVIER)


 
BATIMENTS MODESTES REINVENTES

 

Habitat individuel


ARCHI PAS CHERE BATIMENTS MODESTES REINVENTE - (DARMON, OLIVIER)

 
15.90 €
Quantité  


Code EAN 13 : 9782737352386
date de parution : 
2012-09-11
format : 
19 x 19 cm



Dans le contexte actuel – façonné par la crise, travaillé par la hausse du prix des énergies fossiles, empêtré dans les impératifs du développement durable - investir et réinventer les bâtiments existants les plus modestes soient-ils représente une alternative pertinente au choix d’une construction neuve.

Bâtiments modestes ? Des constructions simples, sans recherche particulière, mises en œuvre selon les pratiques courantes de leur époque, basiques en termes de structure, d’aspect extérieur familier.Un abri de jardin, un cabanon, un petit garage, une maison ouvrière, une étable, un entrepôt, un débarras, un hangar, deux granges, un atelier de menuiserie, un pavillon des années 1960, une cabane de vignes... L’inventaire des projets présentés constitue un ensemble suffisamment hétéroclite pour révéler le potentiel considérable des bâtiments jugés « sans grade », vivier quasi inépuisable d’opportunités d’habiter. L’introduction de l’ouvrage évoque les diverses raisons qui invitent à plaider pour la reconversion et la réhabilitation des bâtiments modestes. • Ils ont tout d’abord le mérite d’exister ; ils sont déjà là, insérés dans un bâti rural ou urbain, soit à proximité des commerces et des transports, en centre-bourg ou en centre-ville, alors que, sauf exception (et gros moyens), une maison neuve est contrainte de s’implanter sur les terrains disponibles, c’est-à-dire principalement en périphérie des communes ou des villes, en première, deuxième, voire en troisième couronne...• Ces constructions qui profitent d’une situation précieuse peuvent aussi représenter une réelle opportunité en termes de surface et de volumétrie. Lorsqu’elles sont édifiées pour un usage autre que celui d’habitation, elles définissent en effet souvent des espaces au gabarit sans commune mesure avec ce qu’aurait pu envisager le scénario d’une maison individuelle neuve – pour une question de coûts, bien entendu, mais également d’un point de vue réglementaire. Les documents d’urbanisme en vigueur n’autoriseraient pas leur construction.•

D’un point de vue architectural, la contrainte de l’existant n’engendre pas un handicap qui induirait une sorte de pis-aller en regard d’une construction neuve. Au contraire, elle fournit une occasion de questionner les modèles d’habiter standards, ce qui constitue une opportunité précieuse puisqu’elle engage les architectes et leurs clients dans une dynamique de prospection plutôt que de reproduction. • Loin de brider l’inventivité, reconvertir et réhabiliter ces bâtiments courants engendre en effet des solutions nouvelles comme en témoignent les caractéristiques des projets réunis ici : une cuisine en double hauteur traversée par une passerelle desservant une partie du niveau supérieur (Underground rural) , un plan sans distribution connecté à un jardin d’hiver aussi grand que la surface chauffée (Loft des champs), le regroupement de l’essentiel des fonctions de l’habitation dans un cube (De la mise en boîte), des espaces qui se plient et s’étirent entre 1,20 m et 4,50 m de hauteur (Le toit habité),une cabine de douche suspendue dans la cage d’escalier (Le pavillon où rien ne se perd et tout se transforme), etc.• À un autre niveau, réinvestir les bâtiments existants plutôt que faire construire participe aussi à limiter l’étalement urbain et ses effets sur la détérioration des terres agricoles, la dégradation de la biodiversité ou l’altération des paysages ruraux. On peut ainsi rappeler que les statistiques attribuent à la construction des maisons individuelles1 l’essentiel des 70 000 ha artificialisés chaque année en France, ce qui correspond tous les dix ans à la superficie d’un département comme la Vendée ou les Alpes-de-Haute-Provence2. Un mitage du territoire difficilement réversible.

 1. Deux millions de maisons individuelles neuves construites ces dix dernières années ((Caron Marketing, La maison individuelle en France, Septembre 2011)
2. Source : Agreste, « Enquêtes sur l’utilisation du territoire 1992 et 2004 ».

 
Si ce livre vous intéresse vous aimerez aussi :
UN BATIMENT COMBIEN DE VIE / LA TRANSFORMATION COMME ACTE DE CREATION
39.00 €
UN BATIMENT COMBIEN DE VIES / LA TRANSFORMATION COMME ACTE DE CREATION

Catalogue d'exposition, Cité de l'architecture et du patrimoine (17 décembre - 28 septembre 2015).



 > Plus d'infos

Dans la même collection :

  Retour

Retour haut de page
librairiedumoniteur.com est un service du Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès - 75002 Paris © 2007 Groupe Moniteur
Site réalisé avec PowerBoutique - solution pour creer un site marchand