groupe moniteur
Newsletter
Recevoir la newsletter
archilecture lemoniteur.fr

voir un exemple
Je m'abonne
Je me désabonne
Informations pratiques
Les publications
du Groupe Moniteur

Actualité 
Contacts


Recherche
Accueil > REVUES > D'Architectures > D'ARCHITECTURES 252 LE GRAND PARIS DES ECRIVAINS


 
D'ARCHITECTURES 252 LE GRAND PARIS DES ECRIVAINS

 

D'Architectures


D'ARCHITECTURES 252 LE GRAND PARIS DES ECRIVAINS

 
12.00 €
Quantité  


Code EAN 13 : 2000400017774
date de parution : 
01/04/2017
éditeur : 
D'Architectures
langues : 
Français
format : 
23 x 30 cm
nbre de pages : 
136



ÉDITO

L’ÉQUERRE, LE MASQUE ET LA PLUME

S’il est un outil de conception essentiel au service de l’architecte, c’est bien celui de la fiction. Pour déterminer quel sera l’espace dans lequel pourront se déployer au mieux les usages auxquels le projet est destiné, et comment il s’intégrera dans un lieu donné, l’architecte n’a d’autres moyens que d’imaginer le scénario qui s’y déroulera. C’est ce pouvoir d’offrir des images propres à susciter le désir d’un monde à venir qu’ont bien perçu certains politiques, et c’est pourquoi ils n’hésitent pas à se servir de leur architecte pour faire voter les budgets. Mais contrairement aux romanciers ou aux scénaristes qui, sans avoir de comptes à rendre, peuvent nous envoyer sur Mars, l’architecte affronte tôt ou tard l’épreuve du réel. Si la fiction qui a déterminé son projet est trop différente de la vie qui s’y déroule finalement, le décalage peut être cruel, quelles que soient la beauté du béton et la subtilité des détails. Mais cette liberté des écrivains range-t-elle pour autant leurs histoires au rayon des futilités ? Oui, si nous les lisons en prenant leurs fictions au pied de la lettre, comme des programmes qu’il faudrait appliquer. Non, si l’on veut bien croire que l’art poétique nous fait voir, au-delà de l’immédiateté des choses, ce que l’on ne sait pas voir seuls. Non, si l’on parvient à se saisir de la puissance de détournement de perspective qu’autorise la narration romanesque. Le passionnant roman d’Aurélien Bellanger, Le Grand Paris, nous éclaire par exemple beaucoup sur les mécanismes des transformations métropolitaines à partir de données complètement fantaisistes (et assumées comme telles). Par quel subterfuge autre que la littérature pourrait-on parfois apprendre davantage dans un tel livre que dans un séminaire scientifique sur le Grand Paris ? Pour essayer de comprendre ce paradoxe, nous sommes allés interroger Aurélien Bellanger, Serge Lehman et Thomas Clerc, trois écrivains pour lesquels le territoire francilien est bien plus qu’un décor.

 
Dans la même collection :
D'ARCHITECTURES 250 / PEUT-ON INVENTER EN APPRENANT
15.00 €
D'ARCHITECTURES 250 PEUT ON INVENTER EN APPRENANT

D'architectures 250
Décembre 2016 / février 2017


 > Plus d'infos
D'ARCHITECTURES 249
12.00 €
D'ARCHITECTURES 249

Numéro consacré aux édifices religieux.

NOVEMBRE 2016

 > Plus d'infos
D'ARCHITECTURES 251
15.00 €
D'ARCHITECTURES 251

LOGER LE PAUVRE, L'IMMIGRE, LE DEMANDEUR D'ASILE

MARS 2017



 > Plus d'infos
D'ARCHITECTURES 255
15.00 €

Page en favoris
  Retour

Retour haut de page
librairiedumoniteur.com est un service du Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès - 75002 Paris © 2007 Groupe Moniteur
Site réalisé avec PowerBoutique - solution pour creer un site marchand