groupe moniteur
Newsletter
Recevoir la newsletter
archilecture lemoniteur.fr

voir un exemple
Je m'abonne
Je me désabonne
Informations pratiques
Les publications
du Groupe Moniteur

Actualité 
Contacts


Recherche
Accueil > Romans & Fictions > MES CHAUSSETTES TROUEES - (PSYCHOULI NADJA)


 
MES CHAUSSETTES TROUEES - (PSYCHOULI NADJA)

 

Romans & Fictions


MES CHAUSSETTES TROUEES - (PSYCHOULI NADJA)

 
16.50 €
Quantité  


Code EAN 13 : 9782343070070
éditeur :
L'Harmattan
date de parution :
30/09/2015
nbre de pages :
148
format :
14 x 22 cm
langues :
Français



Anna Vai, la trentaine, obsédée par son image, travaille dans un musée parisien présentant une exposition à l’occasion des 50 ans de la poupée Barbie. Chargée d'interviewer François Chauliat, un artiste plasticien reconnu qui expose des Barbie dans une installation devant le métro Stalingrad, Anna tombe amoureuse de cet homme de 26 ans son ainé. Leur liaison va remettre en question sa vision superficielle de la beauté. « La beauté n’est-elle pas la capacité de l’homme à penser, à réfléchir, à imaginer ? Et c’est vrai, la beauté est dans l’imagination», dit François Chauliat.

La librairie du Moniteur, les éditions L’Harmattan, la Communauté Hellenique de Paris et des environs et le Centre culturel hellenique
ont le plaisir de vous inviter à rencontrer Nadja Psychouli à l’occasion de la parution de son roman
Mes chaussettes trouées le jeudi 6 octobre 2016 de 18h30 à 21h autour d’un cocktail.

Nadja Psychouli est née en Grèce en 1972. Elle travaille à la Cité de l’architecture et du patrimoine depuis 2003. Mes chaussettes trouées est son premier roman, inspiré de l’exposition « La villa de Mademoiselle B » qui s’était tenue à la Cité du 11 octobre 2007 au 27 janvier 2008. Dix femmes architectes avaient alors été invitées à concevoir une pièce de la maison de Mademoiselle B (alias Barbie).


EXTRAIT

(...) – Depuis que tu travailles sur le projet de l’hôtel, tu ne mets plus les pieds à la maison, hurle ma mère.
– Les vêtements que tu achètes, comment veux-tu les payer ? L’argent ne tombe pas du ciel. On ne refuse jamais un projet. J’ai quatre employés, je te rappelle.
Mon père dit ça comme s’il déclare : « J’ai quatre enfants. » Et c’est vrai. Il aime ses employés comme ses enfants. Il passe plus de temps avec eux qu’avec nous. Ma mère n’a pas tort d’être jalouse. Il y a vingt-ans, mon père a eu une aventure avec la femme du marchand de légumes. C’était l’époque où j’allais encore à l’école et mon père nous rapportait tout le temps des goyaves et d’autres fruits exotiques. Des cadeaux de sa maîtresse. Je n’en ai jamais mangé que pendant cette période. Lorsqu’il a avoué son infidélité à ma mère, parce qu’il craignait que le marchand de légumes ne lui casse la gueule, elle n’a rien dit. Le marchand de légumes lui a en effet cassé la gueule. Il lui a fait un œil au beurre noir et lui a cassé le nez, ça l’a d’ailleurs rendu encore plus beau et il a arrêté de voir la femme du marchand de légumes. On a également arrêté de manger des fruits exotiques. (...)


 
  Retour

Retour haut de page
librairiedumoniteur.com est un service du Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès - 75002 Paris © 2007 Groupe Moniteur
Site réalisé avec PowerBoutique - solution pour creer un site marchand