groupe moniteur
Newsletter
Recevoir la newsletter
archilecture lemoniteur.fr

voir un exemple
Je m'abonne
Je me désabonne
Informations pratiques
Les publications
du Groupe Moniteur

Actualité 
Contacts


Recherche


 
AMC 275

 

Amc mensuels


AMC 275

 
19.50 €
Quantité  


Code EAN 13 : 2000400121921
date de parution : 
Février 2019
éditeur : 
AMC
langues : 
Français
format : 
30 x 1 cm



Au sommaire du numéro d'AMC qui vient de paraître (n°275-février 2019): une enquête sur la maîtrise d'usage, expérimentée pour le quartier Ilink à Nantes, un dossier sur l'architecture scolaire, des détails sur les voûtes, et une matériauthèque consacrée aux produits alternatifs. Mais aussi les réalisations du mois: des logements en accession par Bjarke Ingels à Stockholm, un pavillon d'accueil par Titan à Saint-Vincent-sur-Jard, des bureaux par Christian Kerez à Lyon, des logements par Faces à Nantes, et la restructuration de bureaux par Franklin Azzi à La Défense. En référence, les palazzine romaines de Monaco et Luccichenti (1945-1955).
 Edito
 
Droit de l’homme

Faire la ville est un exercice de démocratie –ou d’autorité– visuelle. Les décisions prennent une forme physique, une forme bâtie, qui imprègne le paysage et à laquelle nul ne peut se soustraire. En ces temps où la démocratie représentative semble à bout de souffle, au point de devoir se doubler d’une démocratie participative plus intense –à coup de «grand débat»–, la question de l’intervention des citoyens dans la fabrication urbaine, dès la phase de conception, semble revenir en force. Le projet Ilink, livré en novembre dernier sur l’île de Nantes (lire p.10), résulte de l’expérimentation, pendant six ans, de la coconception d’un nouveau quartier avec une «maîtrise d’usage», aux côtés des traditionnelles maîtrise d’ouvrage et maîtrise d’œuvre. Le résultat: une «épaisseur programmatique» –pour reprendre l’expression d’Alain Bertrand, aménageur et directeur de la Samoa–, enrichie, avec des services urbains, des espaces partagés et une conciergerie pour gérer l’ensemble. Une démarche qui permet également d’éviter le «prêt-à-penser» conduisant au «prêt-à-habiter», estime la maire de Nantes, Johanna Rolland. Dans la capitale, après l’appel à projets Réinventer Paris 1, qui avait vu en 2015 les promoteurs rafler la mise, sans concertation avec la population, la session Réinventer Paris 2, dont les lauréats ont été dévoilés le 15 janvier, reste encore timide en la matière. Même si l’on sent une inflexion, quelques projets témoignant de l’implication d’associations, voire de collectifs de riverains. C’est toujours le vieux débat, qui remonte à l’Antiquité –comme le rappelle l’excellent ouvrage La ville rêvée des philosophes (1): Platon prônait une ville organisée et planifiée par quelques personnes détentrices de «la vérité», tandis que pour son élève –mais dissident– Aristote, l’art de construire les villes devait s’éloigner de l’abstraction rationnelle pour «développer un savoir-faire artisanal s’adaptant à la multiplicité irréductible des hommes et des femmes». Plus près de nous, le géographe David Harvey, dans Villes rebelles (2), se montre plus radical: «La liberté de faire et de refaire la ville est l’un des droits de l’homme les plus précieux –et pourtant le plus négligé. »
Gilles Davoine

 

 
Page en favoris
  Retour

Retour haut de page
librairiedumoniteur.com est un service du Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès - 75002 Paris © 2007 Groupe Moniteur
 Référencement de site e-commerce avec PowerBoutique