Err

La librairie internationale de l’architecture et de la construction
Généalogie d'une banalité - (Aanza, Sinzo)

Généalogie d'une banalité - (Aanza, Sinzo)

En Stock
Les dépositions des témoins, habitants d'un bidonville, se succèdent pour raconter comment ils creusent chaque jour à la mine pour trouver d'hypothétiques richesses : Belladone, pas encore femme et prostituée, Docto, qui a fait quelques études, le Cheminot, mémoire des rails devenus inutiles dans ce pays dominé par les Chinois et la mondialisation. Premier roman.
Vents d'ailleurs
2015
18,00 €
0g
Creusons, creusons, il en restera toujours quelque chose : vue sur l'absurdité de ce monde entre Kafka et les Shadocks.
Dans un quartier pauvre d'Élisabethville, chacun essaie de survivre comme il peut. Quand on sait quels trésors peut abriter le sous-sol du pays, l'idée semble évidente, pourquoi pas creuser devant chez soi pour devenir riche ?
Belladone, jeune femme aux charmes ravageurs, Kafka, l'instituteur qui rêve que l'instruction changera le monde, Petit Pako, chef de bande, Docta, homme de médecine accoucheur malgré lui, le Cheminot aux deux épouses, chacun apporte sa version des faits et en même temps raconte un pan de sa vie.
Tout un quartier se met à creuser quand des jeunes bien malins font croire à la présence du cuivre tant convoité dans le quartier. On se casse les reins, on s'essouffle mais on creuse, on creuse...
Mais est-ce bien normal, bien banal, de creuser un trou devant sa porte pour accéder à la modernité et participer à l'exploitation minière de la planète ?

Généalogie d'une banalité est le roman d'une déflagration, si bien que le trou creusé par les personnages bée devant nos yeux de lecteurs ébahis, premier roman d'une grande énergie, d'une écriture hallucinante, construit à l'absurde, sur l'absurde, mais qui fait preuve d'une lucidité implacable. Dès les premières lignes, il y a cette sensation de se trouver devant un très grand texte. On s'enfonce dans la lecture, de plus en plus abasourdi, et par le style, et par l'histoire, pris entre le rire et la colère, partagé entre l'indignation et la fascination. C'est notre monde d'aujourd'hui, cette mondialisation poussée à l'extrême, et les habitants de l'horreur - broyés par ce nouveau monde, ces gens - pour qui la révolte devrait être la norme, qui s'attellent à rendre encore plus acceptable l'inacceptable, à rendre encore plus banal l'incroyable cynisme de notre temps. Un roman d'une grande contemporanéité, où l'aveuglement partagé du droit dans le mur, l'écriture du trou que l'on se creuse soi-même, un rire immense dans l'indicible sottise des hommes.