Err

La librairie internationale de l’architecture et de la construction
LA VILLE EUROPEENNE AU XXI S - (LALEGERARD GUY)

LA VILLE EUROPEENNE AU XXI S - (LALEGERARD GUY)

En Stock
En finir avec la ville empirique, la Charte d'Athènes et la fracture sociale.
Un état des lieux de l'urbanisme européen au début du XXIe siècle dans lequel les auteurs analysent les résultantes des prises de position de l'après-guerre pour le réaménagement urbain et le développement des banlieues. Ils étudient tout particulièrement le cas des villes de la périphérie de Paris et proposent des solutions pour assurer la diversité des habitats et la pérennité des équipements.


Guy Lale-Gérard & Michel Euvé & Florence Curvale
Harmattan
2019
40,00 €
0g

La forme urbaine, socle des pratiques sociales, autorise ou interdit. L'intérêt général, le vécu du citoyen, son appropriation spatiale des lieux publics, se construisent là. Là, dans l'équilibre des polarités, une complexité organisée, la gestion ordonnée des mixités, la diversité de l'habitat, la pérennité des équipements, la fluidité des déplacements, la production urbaine est l'expression de valeurs historiques, culturelles, esthétiques et économiques.Les difficultés de l'urbanisme européen sont certainement le résultat d'une méconnaissance, voire d'un mépris, vis-à-vis des réalités urbaines qui ont jalonné son histoire, son élaboration civilisationnelle, ses aspects anthropologiques. Nous savons que c'est l'ensemble des entités urbaines qui sont concernées. La complexité et la mixité tant invoquées, antinomiques de simplification opérationnelle et de sectorisation, sont des données primordiales de la production urbaine. Sans elles, l'idée d'équilibre des territoires n'est qu'un leurre, qu'une abstraction impossible à concrétiser. C'est de ce concept que dépend la qualité urbaine qui repose sur les échanges, la rencontre, la porosité interquartiers, l'association des activités et de l'habitat.Or, depuis soixante-dix ans, nous n'avons cessé de nous éloigner de ces principes, en suivant, consciemment ou non, des idées rationalistes, notamment celles de la Charte d'Athènes, pour lesquelles la morphologie bâtie, les distributions foncières et viaires, ne sont que des éléments secondaires de la forme urbaine et de ses répercussions sociales.Cette réflexion, fil conducteur de nos recherches, nous a permis de déterminer les points d'incompatibilité entre deux systèmes urbains antagoniques. Nous les avons appelés « invariants ». Il s'est agi alors d'en préciser le contenu morphologique et sociologique, leur périmètre d'efficacité et d'interdépendance avec les autres fonctions urbaines afin de porter une vision générale sur les actions à mener pour revaloriser la Ville et les lieux de la cohésion sociale.Les auteurs sont architectes. S' ils ont connu des pratiques professionnelles diverses, ils se sont retrouvés autour d'une même vision de ce que devrait être l'urbanisme européen et cela après plus de trente ans d'observation de l' évolution des villes du continent. Il était important, pour eux, de faire partager le résultat de leurs recherches.