Err

La librairie internationale de l’architecture et de la construction
MONUMENTAL 2/2020 - LA TAPISSERIE : CONSERVATION, RESTAURATION, PRESENTATION

MONUMENTAL 2/2020 - LA TAPISSERIE : CONSERVATION, RESTAURATION, PRESENTATION

30,00 €
0g

[monumental] 2020

Revue scientifique et technique des monuments historiques Semestriel 2

Chantiers /Actualités

Ce numéro de Monumental est largement consacré à la tapisserie, qui occupe une place majeure tant dans les monuments historiques civils et religieux que dans les collections publiques et privées.

Ces ensembles décoratifs au caractère souvent imposant sont cependant fragiles du fait de leurs matériaux constitutifs et des tensions permanentes qu'ils subissent ; leur forte exposition à la lumière, à l'humidité et à la poussière est régulièrement la cause de dégradations irréversibles. Outre l'adoption de mesures préventives conservatoires, comme la rotation périodique des oeuvres, le renouvellement de leur présentation et la mise en place de réserves adaptées, les interventions de restauration et de nettoyage sont effectuées selon des protocoles élaborés, faisant appel à des techniques innovantes.

Par ailleurs, les tapisseries-souvent menacées de dispersion-peuvent désormais bénéficier du régime d'» ensemble historique mobilier », depuis la loi de 2016, dite LCAP. Terre de lissiers, la France possède encore plusieurs des manufactures traditionnelles qui ont réalisé ces tentures et dont l'activité se maintient toujours grâce au tissage d'oeuvres contemporaines.

L'actualité des chantiers porte sur des sujets aussi variés que la restauration des vitraux du XVIe siècle de la cathédrale d'Auch, celle de la maison de Victor Hugo à Hauteville House (Guernesey) et celle du castel Gesta, demeure et atelier du peintre-verrier à Toulouse ; ainsi que sur la reconstitution du mobilier de la villa E 1027, oeuvre d'art totale d'Eileen Gray et Jean Badovici, à Roquebrune-Cap-Martin ; sur la restauration de la villa de l'architecte André Bruyère à Maussane-les-Alpilles et celle de la maison de Georges Clemenceau, à Saint-Vincent-sur-Jard, dont le bâtiment d'accueil et les jardins ont été complètement repensés.

Le dossier scientifique et technique est consacré aux altérations microbiologiques des oeuvres patrimoniales, leur traitement représente un défi permanent.